Centre historique de la havane Depuis sa fondation en 1519, la Ciudad de La Habana est certainement la perle des capitales du Nouveau monde.

Ultime étape pour les navires espagnols de la route des Indes qui s'en retournaient vers l'Europe. La Havane garde le souvenir de ses forteresses et de son rempart érigé à partir du XVIIe siècle en fronton de mer. 

Son centre historique, la Habana Vieja édifié au fil de la colonisation espagnole, britannique ou américaine, est inscrit sur la Liste du patrimoine mondiale de l'Unesco depuis 1982.

L'atmosphère de délabrement et la vie bouillonnante qui règnent à La Havane forment un contraste détonnant pour l'étranger. Les palais somptueux côtoient l'habitat populaire. Les habitants s'entassent dans des immeubles, chargés d'histoire et de splendeurs révolues, divisés en habitations, les fameux solares. 

Depuis un demi-siècle, la capitale souffre du manque d'entretien et de moyens pour valoriser son patrimoine architectural. Si La Havane tente de faire peau neuve pour les touristes, pour les Cubains, c'est toujours la même galère.

Rue de la havane

L'architecture

Des somptueux palais de seigneurs hispaniques aux belles villas tropicales de style art déco, Cuba présente une architecture unique et inestimable édifiée au fil des siècles. Sur l'île, le Baroque côtoie l'Art nouveau, le délabrement s'accorde harmonieusement avec la magnificence des villas et palais édifiés à la gloire des Colons.

À La Havane où se concentre la majeure partie du patrimoine architecturale, on trouve des demeures qui portent en elles les modes architecturaux successifs qui ont envahi Cuba au cours de son histoire : style hispano-mauresque, baroque avancé, rococo nouveau, néoclassique du XIXe siècle, Art nouveau du début Xxe siècle...

Le centre historique de la Havane, inscrit au Patrimoine mondial de l'humanité, est le legs de cette grande bourgeoisie catholique d'origine espagnole qui a investit ses richesses dans la réalisation de prestigieuses demeures. En se promenant dans les rues de la ville, chaque persienne dévoile de splendides intérieurs. Les patios et fenêtres se colorent de medio punto, une création architecturale typiquement cubaine. Elle se présente sous la forme d'un vitrail coloré et fleuri posé au-dessus des persiennes, au centre d'arcades néo-classiques.

La Giraldilla

Tour de l'esperance
Au sommet de la tour de l'Espérance, tour occidentale du Castillo de la Real Fuerza, se dresse une reproduction de la plus ancienne statue de bronze de Cuba réalisée en 1632 par le sculpteur Jeronimo Martinez Pinzon. L'original de la Giraldilla est au musée de la ville, Museo de la Ciudad.

Plaza de Armas

Au centre de la vielle Havane, se trouve la plus ancienne place de la ville, l'antique cœur administratif et politique de la capitale. La place des Armes est un espace où il fait bon venir pour se rafraîchir à l'ombre des fromagers et des palmiers royaux, pour contempler les façades baroques et les arcades des palais qui la bordent. Au centre de la place, le jardin central abrite de ravissantes fontaines et la statue de Carlos Manuel de Céspedes, œuvre de Sergio Lopez Mesa réalisée en 1955. Durant la semaine, les bouquinistes installent leurs étals qui présentent de nombreux ouvrages parfois rares et originaux pour le plaisir des collectionneurs et antiquaires du monde entier.

Plaza de Armas

Plaza de la Catedral

Joyau architectural de l'époque coloniale, la place de la Cathédrale n'est plus la place des Marias depuis la consécration de la Cathédrale San Cristobal en 1789.

Il Capitolio

Copie conforme du Capitole américain de Washington expose sa masse imposante de marbres blancs à deux pas du Gran Teatro.

Le Malecon

C'est l'incontournable boulevard en arc parfait, croisette longue de six kilomètres qui surplombe l'océan au nord de La Havane.

Le Malecon

La Bodeguita del Medio

Au n° 207 de la Calle Empedrado, l'ancienne épicerie proche de la cathédral est devenue depuis 1950, la Bodeguita del Medio, un restaurant et un bar où les touristes du monde entier viennent boire un Mojito (4 dollars l'unité) qui est loin d'être le meilleur du pays. Il s'en sert près d'un millier par jour. Faites les comptes.

El Floridita

Selon la légende, c'est ici, à deux pas du Capitole, au n° 557 de la calle de Obispo, que le Daïquiri, cocktail emblématique de Cuba, aurait été élaboré par Hemingway et Constantino Ribalaguai, le propriétaire des lieux à l'époque. Ce qui est sûr, c'est que Papa Hemingway le buvait double et sans sucre à l'extrémité du bar où le tabouret de l'écrivain est toujours visible mais inaccessible car protégé d'une chaîne.
Le cocktail maison est réellement un pur nectar fait pour rafraîchir autant que pour enivrer. Pour quelques dollars, vous expérimenterez en quoi la glace pillée est essentielle pour obtenir un bon daïquiri, un mélange fait de glaces et de rhum.
Contrairement à la Bodeguita del Medio trop touristique, c'est certainement un rade à voir quand on vient à la Capitale